Site icon L'Express Algérie

Investissement agricole et agroalimentaire: Plus d’efforts pour une agriculture intelligente et rentable

Pourquoi l’agriculture saharienne constitue une solution durable

Preuve irrévocable d’une résilience bien avérée de notre secteur agricole, l’année 2020 aura plutôt été, paradoxalement aux autres secteurs, positive pour l’agriculture qui a pu rehausser sa barre en réalisant l’équivalent de 25 Mds USD en termes de production agricole, soit une augmentation de 2 Mds USD  par rapport à l’année précédente.

Ce résultat a permis de se rassurer quant à l’efficacité et au rendement du secteur agricole, malgré ces temps de crise sanitaire mondiale née de la pandémie de la Covid-19 ; il a également pu participer et contribuer à l’aspect social et humanitaire auprès des régions les plus enclavées et en difficulté durant cette crise.

Les autorités sectorielles ont informé que la stratégie focalisera désormais ses efforts sur le développement des filières stratégiques, telles que le blé tendre, le maïs, les cultures sucrières et sur les oléagineux afin de pouvoir réduire, voire rééquilibrer, la facture alimentaire du pays encore très déficitaire de plus de 10 Mds USD. 

Ainsi parallèlement à l’office de développement de l’agriculture saharienne des cultures stratégiques et agro-industrielles créé récemment avec pour objectif d’aider et orienter les investisseurs souhaitant s’initier à l’agriculture dans le sud du pays.

Les pouvoirs publics misent grandement sur l’investissement agricole et agroalimentaire avec l’optique d’orienter les efforts vers une agriculture intelligente et solide en encourageant les compétences nationales à s’investir dans l’industrie agroalimentaire ain si que dans le domaine agricole en vue de faire du secteur un vrai levier pour une économie pérenne totalement affranchie de l’humeur du marché des hydrocarbures et de ses aléas sous-jacents. 

En effet, profitant de l’opportunité qui lui a offert l’ouverture du Forum sur l’investissement agricole et agroalimentaire, Premier ministre, Abdelaziz Djerad qui a présidé la cérémonie du lancement de cet évènement majeur a doublement souligné que cette manifestation constitue une occasion de présenter les opportunités d’investissement d’une part, et d’autre part, de permettre aux porteurs de projets et aux investisseurs potentiels d’exprimer leur volonté d’investir dans la production agricole y compris dans sa transformation tout en s’inscrivant dans l’approche développée par le secteur au titre de la promotion des investissements structurants et du développement des filières stratégiques notamment céréalière, sucrière, oléagineuse et fourragère

 Pour le premier ministre qui s’est exprimé ce lundi à l’occasion du lancement des travaux de ce forum, il devient vital d’œuvrer à la promotion d’une agriculture structurée en tant que secteur primaire dans la nouvelle approche économique en y intégrant le facteur de savoir-faire et de maitrise technologique afin d’exploiter au maximum le potentiel que recèle notre pays en matière agricole. 

Djerrad a par ailleurs rappelé que l’intelligence et le savoir-faire dans le domaine agricole sont les seuls gages face au changement climatique en tenant compte de l’environnement et de l’équilibre des écosystèmes sans négliger le gaspillage, grâce à une bonne gestion des excédents de production.

Selon le premier ministre, l’année 2021 devrait être encourageante pour les opérateurs des filières agricoles en Algérie.

Quitter la version mobile