Site icon L'Express Algérie

Émigration clandestine vers l’Espagne: Pas moins de 30 embarcations interceptées à Almeria en ce début juillet

Traversées maritimes clandestines: Deux importants réseaux internationaux tombent à Oran

Après une accalmie suite à la traversée de pas moins de 30 embarcations vers les côtes espagnoles en début mai, les traversées de migrants clandestins repartent de plus belle vers la péninsule ibérique, favorisées par les bonnes conditions météorologiques de ces derniers jours.

Plus de 30 embarcations d’immigrants illégaux algériens sont arrivées sur les côtes d’Almeria en Espagne en à peine 48h, a rapporté ce samedi, la presse espagnole, sans préciser le nombre de personnes à bord de ces embarcations.

Les conditions climatiques plutôt favorables enregistrées ces derniers jours ont favorisé le retour en force des traversées illégales entre l’Algérie et l’Espagne. De nombreux harragas tentent l’aventure depuis plusieurs régions d’Algérie ces derniers jours, alors que du côté espagnol, les services de sécurité font face à l’arrivée massive d’embarcations illégales.

C’est ainsi que plus de 400 migrants illégaux algériens sont arrivés dans la province d’Almeria entre mercredi 30 juin et vendredi 2 juillet. Selon les données des services de sécurité espagnols, plus de 30 embarcations en provenance d’Algérie ont été interceptées.

D’après les mêmes sources, un grand nombre d’autres navires sont arrivés, mais ont échappé à tous les contrôles, rapporte le média espagnol la Gaceta. « Quand nous sommes confrontés à un flot d’entrées inattendues, nous n’avons pas assez d’agents et nous ne pouvons pas contrôler toutes les côtes de la province d’Almeria avec les effectifs actuels », soulignent des sources policières pour le même média.

Le port d’Almeria a connu avec ces arrivées un mouvement inhabituel des services de sécurité, de la Croix rouge et des équipes de sauvetage en haute mer suite à l’arrivée de ce nombre important d’embarcations à partir de la rive sud de la méditerranée. La plupart des entrées, plus d’une vingtaine, ont eu lieu dans la nuit du mercredi au jeudi.

Débordée, la Police nationale espagnole a été obligée, comme cela s’est produit l’année dernière, à remettre en liberté des centaines de jeunes venus d’Algérie en l’absence d’ordres judiciaires déterminant leur placement dans un CIE, les centres de rétention pour migrants.

Notons que selon les statistiques, plus de 10.000 Algériens sont arrivés en Espagne en 2020. Rien que pour l’année précédente l’Espagne a enregistré l’arrivée de 35 656 migrants clandestins, selon des statistiques arrêtées au mois de novembre. 10 930 d’entre eux sont algériens, selon El Independiente, un chiffre qui a quasiment triplé par rapport à 2019 où il était estimé à 3 559.

Malheureusement, beaucoup de ces migrants n’atteignent pas l’autre rive où ils entrevoient une vie meilleure que celle qu’ils avaient quittée en Algérie. Des naufrages sont fréquemment signalés avec leur lot de morts et de disparus.

Quitter la version mobile