Site icon L'Express Algérie

Les fruits de l’inconscience et du relâchement

Le sionisme, la plaie qui gangrène la terre

1107 nouveaux cas confirmés de Coronavirus et 12 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie. Ces chiffres qui suscitent  inquiétudes et craintes chez les autorités sanitaires et parmi la population étaient prévisibles.

Passé le premier semestre de l’année 2020 où il est constaté réellement une mobilisation générale pour restreindre la propagation du Covid-19, c’est l’insouciance et le relâchement généralisé partout. Les citoyens déboussolés par les avis contradictoires de la communauté scientifique mondiale sur l’origine et la nocivité du virus ont commencé dès l’émergence de la pandémie à nourrir des soupçons et à croire qu’ils faisaient l’objet d’une arnaque sanitaire mondiale aux visées strictement politico-financières.

Le doute qui s’est incrusté dans les esprits a fini par créer parmi les populations une certaine répulsion par rapport à tout ce qui touche à la pandémie. Ainsi les citoyens, en Algérie, au lieu de prendre leur distance par rapport aux autres citoyens pour éviter la propagation du virus, ils ont pris leur distance par rapport à la maladie dont ils soupçonnent même l’existence.

Cet état d’esprit nourri par l’absence de campagnes de sensibilisation et d’explications permanentes a poussé les citoyens à faire fi de toutes les mesures sanitaires mis en place pour lutter contre la circulation du virus. Pis ! Même la vaccination qui est actuellement le seul moyen pour endiguer la pandémie et éviter le développement des formes sévères de la maladie est mal vue par bon nombre d’Algériens.

Dans les foyers, dans les administrations, dans les transports publics, dans les espaces commerciaux, sur les lieux de travail…partout on n y trouve nulle trace de mesures de prévention. Ni masque de protection, ni distanciation sociale, ni lavage régulier des mains, ni ruée vers la vaccination… c’est l’insouciance totale face à la pandémie.

Aujourd’hui, on paye le prix de cette démobilisation, de ces comportements relâchés et insoucieux ! En l’espace de quelques jours, la situation sanitaire s’est rapidement dégradée, les bilans quotidiens des contaminations et des décès s’alourdissent de jour en jour, les établissements sanitaires craignent déjà la saturation…les autorités sanitaires sont sur le pied de guerre et font tout pour convaincre la population à respecter scrupuleusement le dispositif de prévention réactivé récemment et à aller se faire vacciner.

La situation est certes grave mais pas désespérée. Il suffit aux citoyens de se ressaisir et de mieux se mobiliser pour vaincre cette nouvelle vague portée par de nouveaux variants.

Le test cet  Aid El Adha  va montrer le degré d’engagement des citoyens face à cette pandémie. Car si les recommandations concernant l’accomplissement des différents rituels de cette fête ne seront pas respectées, on assistera à une grave recrudescence de l’épidémie.  

Quitter la version mobile