Site icon L'Express Algérie

L’Afrique doit se séparer de cet « ami » encombrant !

La France ne sait pas se repentir. C’est son président Emmanuel Macron qui l’a dit. « Je ne crois pas en une politique du pardon » a-t-il en effet déclaré lors de ses échanges avec des jeunes Africains au sommet Afrique-France abrité par la ville de  Montpellier. L’heureuse formule du général Giap, héros de l’indépendance du Vietnam déclarant que « le colonialisme est un mauvais élève » s’applique admirablement à la France. Elle n’arrive toujours pas à se défaire de son lourd passé colonial et à décoloniser sa propre histoire.

Emmanuel Macron, en champion du double discours et des entourloupes déclare, devant les jeunes africains qui le bousculaient sans ménagements de questions qui fâchent, privilégier le travail de vérité et de reconnaissance à celui de la politique du pardon et du repentir. C’est ce qui est contenu justement dans le rapport de l’historien Benjamin Stora sur la guerre d’Algérie, OUI à la reconnaissance des fautes ou des crimes mais NON au pardon et à la repentance ! La belle affaire et la belle trouvaille pour s’en tirer à bon compte des ses crimes ! Un pays qui ne sait pas demander pardon pour ses fautes, qui ne sait pas se repentir de ses lourds péchés peut-il inspirer confiance ?

Les récents propos outranciers tenus par le président français contre l’Algérie et ses pseudos-excuses où il a appelé à l’apaisement sans pour autant exprimer nul regret pour ses déclarations blessantes, illustre on ne peut mieux cette stratégie du « non repentir » ! Que dire de cette politique, sinon qu’elle est une banqueroute morale, une faillite mémorielle et une fuite en avant ! Peut-on bâtir des relations fortes et sérieuses avec des partenaires auxquels on a fait du mal  sans expiation des fautes ? Pas évident ! La France est à l’origine de tout ce qui se passe actuellement dans la région sahélo-saharienne ! C’est son intervention en Libye qui a transformé cette région en poudrière et qui a fait gravement fragilisé le Mali ! Mais au lieu de s’en prendre à elle-même, de reconnaître   ses fourvoiements, de demander pardon aux pays qu’elle a saccagés, la France fait dans la diversion en endossant comme, à son habitude coloniale, aux autres  ses errements !

La France ne sait ni demander pardon ni travailler dans le sens des intérêts de tous. Dans tous ses mouvements, dans toutes ces actions, elle ne cherche que ses intérêts propres ! Il est grandement temps de mettre fin à l’hégémonie française en Afrique ! Il est temps de lui faire avaler son arrogance ! L’Afrique doit désormais prendre son avenir en main et se séparer pour de bon de cet « ami » encombrant !

Quitter la version mobile