Site icon L'Express Algérie

Entretien en tête à tête Tebboune-Mattarella

Entretien en tête à tête Tebboune-Mattarella

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, s’est entretenu, samedi à Alger, en tête à tête avec son homologue italien, Sergio Mattarella, en visite d’Etat de deux jours en Algérie…

Le président italien est arrivé samedi matin à Alger à la tête d’une importante délégation. Il a été accueilli à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediene par le Président Tebboune. Par ailleurs Sergio Mattarella, s’est exprimé sur la question du Sahara occidental, selon un entretien accordé au quotidien national EL Moudjahid, publié ce samedi.

La solution au conflit au Sahara occidental doit tenir “dûment compte des droits du peuple sahraoui”, a indiqué le président italien, Sergio Mattarella.

Exprimant le souhait d’une reprise de négociations directes entre les parties en vue d’une solution “équitable et durable” de la question.

“Nous suivons de très près la question du Sahara occidental. Nous avons toujours soutenu avec conviction le rôle joué par les Nations unies et, à cet égard, nous avons appris avec satisfaction la nomination du diplomate italo-suédois Staffan De Mistura comme envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU”, a soutenu le président italien dans un entretien au quotidien national EL Moudjahid, publié ce samedi.

Mattarella, qui a entamé une visite d’Etat de deux jours en Algérie, a formulé l’espoir que “l’engagement” de M. De Mistura “pourra contribuer, malgré la situation actuelle de tension, à une reprise de négociations directes entre les parties (au conflit, Maroc et Front Polisario, ndlr) en vue d’une solution équitable et durable de la question, qui tienne dûment compte des droits du peuple sahraoui”.

Le président Mattarella a souligné, dans ce contexte, que l’Italie soutient “le rôle de l’Algérie et son attachement au cadre onusien sur le Sahara occidental”.

A propos de la crise libyenne,  Mattarella a relevé que les positions italienne et algérienne sur la situation en Libye sont « très proches », notant que Rome soutient « la nécessité pour les pays voisins, y compris l’Algérie, d’être impliqués dans le processus de Berlin qui, avec les initiatives dans le cadre onusien, a tracé le chemin de la paix en Libye ». « Nous apprécions le rôle d’Alger dans cette perspective et nous avons pris note avec intérêt des résultats du sommet entre pays voisins qui s’est tenu à Alger en août dernier », a-t-il ajouté.

Quitter la version mobile