Site icon L'Express Algérie

Vaches laitières: Ouverture de l’importation à partir de janvier

Agriculture: Réouverture du marché algérien aux bovins et génisses français

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni a annoncé, mardi à El Bayadh lors de la deuxième journée de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya, l’ouverture de l’importation des vaches laitières de l’étranger en début janvier prochain.

Lors d’une rencontre, au niveau de la salle de délibérations de l’APW, avec les représentants de différentes corporations agricoles, des présidents des conseils interprofessionnels locaux de différentes filières agricoles et d’investisseurs du secteur agricole, le ministre a souligné que l’importation des vaches laitières par des opérateurs du domaine sera soumise à des conditions fixes et précises, respectant la qualité des vaches importées.

Le ministre a mis l’accent sur la nécessité de développer la filière d’élevage des vaches laitières, d’encourager et d’accompagner les éleveurs à fournir des matières consommables et de renforcer les laiteries avec du lait frais, ainsi que réduire la facture d’importation du lait en poudre de l’étranger, appelant les jeunes à accéder au domaine de l’investissement agricole stratégique prometteur et bénéficier, dans ce cadre, des différentes formes de soutien et d’accompagnement fournis par l’Etat, ainsi que la création de coopératives agricoles dans cette filière et d’autres domaines agricoles.

En réponse aux inquiétudes des éleveurs et maquignons, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement en aliments du bétail, dont les prix sont sensiblement élevés sur les marchés parallèles, le ministre a déclaré que son département ministériel accorde une grande attention à l’approvisionnement en aliments du bétail, notamment à travers la distribution de l’orge et du son dans le cadre d’un dispositif spécial, tout en cherchant, à travers des mécanismes de consultation entre toutes les parties, à fournir ces matières importantes et de base dans l’élevage.

Dans ce cadre, Henni a révélé que des mesures seront prises pour changer le mode de commercialisation du son, dont le prix en minoterie est estimé à 1.800 DA le quintal, alors que son prix sur les marchés parallèles dépasse les 5.000 DA, et ce dans le cadre de l’organisation de la commercialisation des fourrages au profit des éleveurs.

Le ministre a ajouté que le soutien de l’Etat aux éleveurs passe également par l’accompagnement sanitaire du bétail, avec la prise en charge des campagnes de vaccination.

Quitter la version mobile