Site icon L'Express Algérie

Hommage à la Diva de la chanson kabyle, Nouara

Hommage à la Diva de la chanson kabyle, Nouara

Un hommage a été rendu mardi au théâtre régional de Tizi-Ouzou à la Diva de la chanson nationale d’expression kabyle, Nouara, à l’occasion de la célébration de Yennayer, en présence d’une panoplie d’artistes.

Un ballet de danse folklorique ouvra l’hommage avec une chorégraphie sur fond d’une des chansons de Noura, interprétée en compagnie d’un autre maestro, Cherif Kheddam, « Athine Yourane » (A celle qui m’est destinée), suivi par une quinzaine d’artistes qui ont interprété, quelques une de ses chansons.

Un grand moment d’émotion a régné sur la salle de spectacle lorsque la Diva fit son entrée sous un tonnerre d’applaudissements. Vêtue d’une robe kabyle et visiblement enchantée de cet hommage qui intervient à cette occasion de Yennayer.

D’une voix émue, elle rappela son parcours artistique, notamment, ses débuts à la radio nationale ponctués par la réticence de sa famille et son combat pour exercer ce métier.

La radio dira-t-elle, « était une école de formation et une seconde famille pour moi  » en énumérant certains de ses collègues, aujourd’hui disparus, auxquels elle a rendu hommage, dont le tout récent est Mohamed Hilmi, disparu cette semaine.

Beaucoup d’artistes présents ont salué cette initiative d’organiser cet hommage du vivant de l’artiste. « C’est une louable initiative de rendre hommage de son vivant à une si grande dame » ont-ils souligné.

Salem Kerrouche, chef d’orchestre qui a longtemps accompagné la Diva sur scène, a considéré lui qu’elle est  » une voix éternelle qui mérite tous les égards » saluant, lui aussi, l’organisation de cet hommage de son vivant.

Nouara, qui a interprété 2 de ses chansons à l’occasion de cet hommage, se prépare, également, à mettre sur le marché un best of de ses chansons et un CD live produit il y a quelques années qu’elle compte offrir comme cadeau à son public, dira, en outre, M. Kerrouche.

L’ancien réalisateur de radio, Saïd Zanoun, a souligné, pour sa part, que Nouara était, également, « une grande comédienne humouristique et tragédienne, qui a interprété différents rôles grâce à sa voix qu’elle a eu comme don ». 

Le wali Djilali Doumi, présent à cet hommage, a salué « une grande dame qui a beaucoup donné à la chanson et la culture nationales » en rappelant les différents thémes, la femme, l’amour et aussi la patrie, chantés tout au long de sa carrière.

Cet hommage a été organisé par le Théâtre Régional en collaboration avec l’Office national des d

roits d’auteur et des droits voisins (ONDA) et L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), la maison de la culture Mouloud Mammeri et la direction de la culture et des Arts.

Quitter la version mobile