Site icon L'Express Algérie

L’Algérie appelle le FMI à aider les pays en développement

De plus mal dans sa trésorerie: Le Maroc sollicite le FMI pour une ligne de crédit modulable

Le gouverneur de la Banque d’Algérie (BA), Rosthom Fadli, a appelé le Fonds monétaire international (FMI) à aider les pays membres, notamment les pays en voie de développement, à faire face aux retombées de la guerre en Ukraine.

S’exprimant en sa qualité de représentant de la circonscription comptant 8 pays (l’Algérie, l’Afghanistan, le Ghana, l’Iran, la Libye, la Tunisie, le Maroc et le Pakistan), à l’occasion de la 45ème réunion du Comité monétaire et financier international du FMI, il a souligné qu’une action internationale est nécessaire pour prévenir l’insécurité alimentaire.

« Le Fonds a joué un rôle essentiel en aidant avec succès les pays membres à affronter les répercussions économiques de la pandémie, il est attendu à présent qu’il relève le défi à nouveau, afin d’aider les pays membres à faire face aux retombées négatives de la nouvelle crise mondiale », a-t-il déclaré.

Fadli a estimé, dans la foulée, que « La crise en Ukraine se répercute sur tous les pays de la circonscription ». « Les coûts élevés des produits alimentaires ont accru le niveau de pauvreté et ont exposé des parties de la classe moyenne à l’insécurité alimentaire, pendant que le resserrement des marchés financiers internationaux expose certains pays de notre groupe à un grave risque d’accès limité au financement extérieur », a-t-il alerté.

C’est pourquoi, a-t-il enchaîné, le FMI doit être « attentif aux arbitrages difficiles » et aux « défis concurrents » auxquels sont confrontés ces pays. « Plus que jamais, le conseil de politique générale du Fonds doit être davantage pragmatique et spécifique à chaque pays, compte tenu du fragile équilibre socio-politique dans de nombreux pays », a-t-il insisté, en plaidant pour une action internationale « agile et proportionnée pour prévenir l’insécurité alimentaire ».

Quitter la version mobile