Site icon L'Express Algérie

Sonelgaz réduit le nombre de ses filiales

Sonelgaz réduit le nombre de ses filiales

Fidèle à son engagement de rationaliser les dépenses et d’optimiser son système interne de gestion administrative, le groupe Sonelgaz a engagé un processus de réorganisation global qui a abouti à des synergies de coûts, accroître l’efficacité de l’exercice des différents métiers et à mutualiser toutes les ressources et ce grâce notamment à la réduction du nombre de ses filiales qui vient de passer de 26 à 14 sociétés détenues à 100%. 

C’est ce qu’a annoncé le groupe public via un communiqué publié sur sa page Facebook expliquant que ces transformations structurelles ont abouti à un recentrage optimal des activités sur les cœurs de métier du groupe et à une organisation mature à même de les revitaliser et de les rendre plus efficaces.

Le même communiqué a fait part de la décision prise par la Sonelgaz de changer  les dénominations et les logos de ses filiales coeur de métier, à l’instar du changement de dénomination de la société algérienne de l’électricité et du gaz (SADEG) en « Sonelgaz-Distribution ». Ainsi la société algérienne de production de l’électricité (SPE) change de nom et devient « Sonelgaz-Production de l’électricité », Sharikat kahraba wa Taket Moutadjadida (SKTM) change de nom et devient  » Sonelgaz-Énergies Renouvelables ».

La société algérienne de gestion du réseau de transport de l’électricité (GRTE) change de nom et devient « Sonelgaz-Transport de l’électricité ». Concernant la société algérienne de gestion du réseau du gaz (GRTG), celle-ci change de nom et devient Sonelgaz-Transport du gaz ».

Pour rappel, le groupe Sonelgaz avait procédé courant le mois de mars de cette même année à des réajustements réglementaires visant à rationaliser les dépenses, créer des sociétés « plus fortes » et uniformiser la grille des salaires et des primes. Ainsi il a été mis en œuvre des opérations de fusion au niveau de certaines de ses sociétés, en vue de rationaliser les dépenses, maîtriser le coût et créer des sociétés plus fortes permettant de créer de la valeur ajoutée et d’assurer un développement économique à long-terme. Une opération qui est passée par la création de deux sociétés avec de nouvelles dénominations et missions, par la fusion de la Société de travaux et montage électriques (KAHRAKIB), la Société de travaux d’électricité (KAHRIF), la Société de réalisation des canalisations (KANAGHAZ), et la fusion de la Société de montage industriel (ETTERKIB) et de la Société de réalisation d’infrastructures (INERGA).

Toujours dans la même démarche de réorganisation, la majorité des activités de la société, Maintenance et prestations véhicules (MPV), ont été rattachées à la Société algérienne de distribution de l’électricité et du gaz (SADEG). Des réaménagements qui ont touché, à son tours, la Compagnie de l’engineering de l’électricité et du gaz (KDLCEEG) qui a été rattachée à la Société algérienne de gestion du réseau de transport d’électricité (GRTE), comme fut le cas pour (KDG CEEG) en vue d’assurer une bonne prise en charge des dossiers relatifs la réalisation des nouvelles structures et un meilleur suivi des chantiers.

En somme, l’objectif visé par ces réaménagements est d’unifier la grille des salaires et à revoir les primes et garantir des salaires équitables pour mettre fin aux inégalités enregistrées et mieux récompenser l’ensemble des travailleurs pour leurs efforts via notamment l’installation de la commission paritaire de haut niveau, dont la mission est de mobiliser tous les moyens pour l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des employés de toutes les filiales du groupe.

Quitter la version mobile