Site icon L'Express Algérie

Une visite et des enjeux

Le président, Abdelmajid Tebboune est à Ankara depuis dimanche à l’invitation de son homologue, Recep Tayyip Erdogan pour une visite officielle de trois jours. La conjoncture mondiale actuelle marquée notamment par les bouleversements en Europe de l’Est et les tumultes en Libye et dans la région du Sahel donne à cette visite un caractère éminemment important. Partageant une histoire commune longue de plus de cinq siècles, entretenant un partenariat économique très profond et se posant comme forces régionales dont les voix sont très écoutées, l’Algérie et la Turquie sont appelées à jouer un rôle actif dans la reconfiguration mondiale actuelle et dans les efforts pour le rétablissement de la paix et de la sécurité dans le monde.

Des accords, des protocoles et des mémorandums d’accord vont être conclus et signés au cours de cette visite pour intensifier les échanges économiques bilatéraux et rapprocher les vues sur certaines questions d’intérêt commun, mais tout indique que la concertation politique sur les questions régionales et internationales se taillera la part du lion dans les discussions entre les deux chefs d’États. Le conflit russo-ukrainien, la crise libyenne et les derniers développements au Sahel, marqué par le départ forcé des troupes françaises du Mali et le retrait malien du G5 du Sahel, seront également au menu de cette visite intervenant deux années et demi après celle effectuée par Recep Tayyip Erdogan en Algérie.

Les deux pays, touchés de plein fouet par le conflit en cours, en Ukraine et par les tensions permanentes en Libye et au Sahel, ne ménageront aucun effort pour apporter leur contribution à la dynamique du règlement de tous ces conflits. Les conséquences de la guerre en Ukraine et des crises en Libye et au Sahel sur les deux pays sont incalculables. L’immigration clandestine, le terrorisme transnational, le trafic d’armes, la hausse des prix des produits alimentaires mondiaux…sont autant d’incidences générées par les tensions au Sahel et en Europe de l’Est et qui pèsent lourdement sur les deux pays et sur de nombreux pays de la planète.

Si les deux pays liés par des relations historiques solides sont obligés de renforcer leurs partenariats dans tous les domaines, ils ont tout à gagner en contribuant en cette période sensible, au règlement équitable du conflit ukrainien et de la crise libyenne. Car il faut le dire, ces deux conflits s’ils ne sont pas aplanis en urgence vont immanquablement provoquer des bouleversements géopolitiques majeurs.

L’Algérie et la Turquie doivent œuvrer conjointement pour faire prévaloir la voix de la raison et du dialogue aussi bien en Ukraine qu’en Libye. Tout doit être fait pour faire triompher la paix. La conférence internationale en préparation devant être accueillie par l’Algérie en faveur de la tenue d’élections en Libye est une occasion pour les deux pays de travailler main dans la main pour ramener la stabilité en Libye et par ricochet dans la région.

Quitter la version mobile