Site icon L'Express Algérie

Les chemins de la félonie

Le sionisme, la plaie qui gangrène la terre

Les aveux livrés par le détenu Mohamed Azzouz Benhalima, diffusés dimanche soir par la télévision algérienne sous le titre « Chemin de la félonie….détails de la conspiration » lèvent un peu le voile sur le recrutement et l’exploitation des jeunes Algériens par les entités terroristes et quelques félons notoires qui mènent depuis l’étranger avec un acharnement jamais égalé des campagnes hostiles visant la sécurité et la stabilité du pays.  

Se faisant passer pour des opposants, ces félons et ces traîtres bardés de passeports étrangers, émargeant le plus souvent auprès des services marocains, israéliens et autres, incitent notamment les jeunes à travers les médias sociaux et autres canaux de communication numériques, à la rébellion, au complot et à la conspiration contre l’unité et l’intégrité du pays. 

Pour donner crédit à leurs propagandes, ces réseaux de félonie privilégient le recrutement d’anciens militaires et d’anciens policiers qu’ils  formatent et qu’ils utilisent par la suite  jusqu’à l’usure. Naïfs et malléables à merci plusieurs jeunes à l’exemple de Benhalima et mêmes des adultes se laissent facilement embobiner par ces entrepreneurs de la traîtrise dont le seul objectif est celui de semer le désordre et la ruine en Algérie. 

Lutter contre l’injustice, l’abus de droit, la corruption, l’inégalité est louable mais cela n’autorise nullement à lutter, comme le font ces félons, contre l’Algérie. Ces Algériens tapis à l’étranger ayant choisi les chemins de la félonie ressemblent à ces serpents qui se mangent la queue. 

Jurant de tous leurs faux dieux qu’ils ne veulent par leurs manœuvres que le bien du pays, ces félons ne font en réalité que suivre des plans concoctés par des puissances étrangères pour affaiblir l’immunité, la solidité et la stabilité du pays. Combien sont les jeunes qui croupissent actuellement en prison à cause de ces félons qui tirent profit des malheurs des autres.

 Le cas de Mohamed Azzouz Benhalima n’est qu’un exemple parmi d’autres. Mais, il dévoile à lui seul, la capacité qu’ont les entités terroristes et les félons à exercer un pouvoir psychologique sur la jeunesse. Devant les dangers que suscite ce phénomène de manipulation à distance de la jeunesse, il incombe à l’Etat de prendre toutes les mesures voulues pour y faire face. S’il est recommandé d’œuvrer à la rénovation de la gouvernance et à la consolidation des valeurs de liberté, de démocratie, d’égalité, d’État de droit et de respect des droits de l’homme, il est doublement recommandé de ne tolérer aucune atteinte à la sécurité, à la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Algérie. L’intransigeance et la fermeté face à toutes entreprises tendant à nuire au pays doivent être immuables.

Quitter la version mobile