Site icon L'Express Algérie

G7: L’Afrique très courtisée

G7: L'Afrique très courtisée

Il n’y a pas que l’Ukraine au menu du sommet des 7 pays les plus industrialisés de la planète – G7 -, il y a également la Chine. Ou plutôt comment stopper les appétits de l’ogre chinois qui investit sans compter, notamment en Afrique et étend de fait sa sphère d’influence. C’est une affaire qui préoccupe au plus haut point les USA et le président américain, Joe Biden, a convaincu ses pairs du G7 de le suivre dans un méga plan d’investissement de 600 milliards de dollars…

Le cap a été fixé hier dimanche 26 juin par les Occidentaux auxquels s’est joint le Japon. Le but de la manœuvre est de contrer le programme titanesque “Nouvelles routes de la soie” sur lequel Pékin veut miser très gros pour accroître son emprise sur les pays africains surtout. “Avec les partenaires du G7, nous visons à mobiliser 600 milliards de dollars d’ici à 2027 pour des investissements mondiaux dans les infrastructures“, a indiqué la Maison Blanche, Biden a explicité après devant ses homologues réunis dans le sud de l’Allemagne, rapporte TF1 Info

Le G7 “s’est donné pour ambition de faire au monde une meilleure offre en matière d’investissement dans les infrastructures“, a ajouté le chancelier allemand, Olaf Scholz, aux côtés du président américain mais en l’absence du chef de l’État français, Emmanuel Macron, retenu, selon France 24, par un agenda intérieur chargé…

Les États-Unis s’engagent à “mobiliser” près de “200 milliards de dollars” sur cinq ans pour ce projet. Mais attention, cette somme ne sera pas directement décaissée par les États américains eux-mêmes, il s’agira d’un mixage entre prêts, financements publics et financements privés ; une partie du dispositif est déjà en place…

“L’Afrique sub-saharienne sera clairement une priorité majeure” du futur programme du G7, a précisé un haut cadre de l’exécutif américain. Toutefois il a ajouté que l’Amérique centrale, l’Asie du Sud-Est et l’Asie centrale sont aussi des zones “extrêmement importantes” pour les USA…

L’argumentaire que dégaineront Washington et ses partenaires est tout trouvé, c’est le même que pour le méga investissement européen en Afrique de 150 milliards d’euros, “Global Gateway” : Les Chinois noient les pays africains sous des montagnes de prêts – 62% des emprunts extérieurs des Etats africains sont chinois – qui les maintiennent dans l’asservissement et leur bouchent les horizons du développement. Mais il faudra plus que ces arguments pour convaincre les Africains que les Occidentaux sont une bien meilleure affaire que la Chine…

Cette dernière pèse lourd dans le continent africain, avec plus de 10 000 entreprises s’activant dans 46 pays africains. Les Chinois pourraient engranger jusqu’à 250 milliards de dollars de bénéfices d’ici 2025, d’après un rapport de 2017 élaboré par McKinsey. Certes Pékin a depuis un peu réduit la voilure en Afrique mais il a encore de la marge, beaucoup de marge et les Occidentaux devront cravacher pour s’en approcher…

Quitter la version mobile