Site icon L'Express Algérie

Les pieds dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau !

Alors que l’ONU et l’Union africaine réclament une enquête indépendante pour déterminer les circonstances et les responsabilités du carnage de Melilla, le Makhzen marocain, comme à son habitude, verse dans le surréalisme ,en endossant la responsabilité de la sanglante tentative de pénétration forcée dans l’enclave espagnole de Melilla par quelque 2000 migrants subsahariens, à…. l’Algérie! Usant et abusant de tous les prétextes possibles pour se dédouaner et justifier le comportement ignoble de ses services de sécurité face à des migrants désarmés, le Makhzen sort sa vieille quincaillerie pour desserrer l’étau qui se resserre autour de son coup. 

Pour les responsables marocains, ce sont des milices surentraînées entrées depuis l’Algérie qui sont à l’origine des affrontements violents à Melilla. Heureusement que le ridicule ne tue pas, sinon, on aurait assisté depuis longtemps à l’enterrement de ce concierge nord-africain des sionistes! Le Makhzen croit qu’en essuyant ses mains tachées de sang sur le dos de l’Algérie, il va se tirer à bon compte de son ignoble forfaiture. Que nenni ! Même si certains pays se montrent insensibles à ce carnage et tentent de le réduire à un fait divers, la Communauté internationale n’acceptera pas de voir des lois qu’elle a elle-même érigées, bafouées et foulées au pied. En vertu  du droit  international, tous les pays sont tenus  de  traiter tous les migrants avec dignité  et de leur assurer la protection et l’assistance dont ils ont besoin. 

Si les pays ont le droit de gérer selon leurs besoins et leurs capacités les flux migratoires, il ne leur est pas permis de faire usage excessif de la force dans la gestion de ces flux. Ce que le Makhzen marocain a foulé aux pieds ! Se croyant protégé par sa vassalisation à l’Etat hébreux, le Makhzen s’est laissé aller dans son délire en oubliant que la justice finit toujours par triompher. Accuser l’Algérie de ses déboires et de son hystérie sanguinaire, ne sauvera pas le Makhzen, bien au contraire ! Les enquêtes internationales diligentées pour faire la lumière sur ces événements tragiques vont démasquer le Makhzen et le montrer sous son véritable visage. Amar Belani a raison de dire que le régime marocain n’a pas le courage d’assumer la responsabilité de ses forfaitures et qu’il a l’habitude de rejeter la faute sur les autres ! Ne s’étant pas encore totalement dégagé du bourbier de l’espionnage via le logiciel israélien Pegasus, le Makhzen marocain vient de se rendre encore responsable d’un horrible carnage ayant causé la vie de plus de 37 migrants subsahariens. Comme quoi « chassez le naturel, il revient au galop ! ».

Quitter la version mobile