Site icon L'Express Algérie

Fin des supputations autour du gazoduc transsaharien

Le sionisme, la plaie qui gangrène la terre

Le mégaprojet de gazoduc transsaharien (TSGP) commence à sortir des limbes et à connaitre une véritable amorce pour sa concrétisation. L’arrivée  jeudi passé à Alger des ministres nigérien et nigérian de l’énergie pour tenir la 3e réunion ministérielle tripartite Algérie-Niger-Nigéria et signer un mémorandum d’entente pour l’aboutissement de ce projet lève tous les doutes et toutes les conjectures entretenus depuis des mois autour de ce projet.

N’en déplaise aux détracteurs de l’Algérie, dont de nombreux youtubeurs algériens tapis à l’étranger, ce projet passera par l’Algérie, malgré les lobbyings exercés ici et là pour favoriser l’autre gazoduc, le Morocco Gas Pipeline (NMGP).

Tout plaide en faveur du gazoduc passant par le territoire algérien : sécurité, coût économique, longueur, maintenance, contexte géopolitique… tous les aspects du projet lui sont favorables. Contrairement au NMGP qui devait traverser 12 pays sur 6000 KM et plonger même en partie dans l’Atlantique, le TSGP  d’une  longueur de 4 128 km ne traversera que trois pays, 1 037 km en territoire nigérian, 841 km au Niger et 2 310 km en Algérie.

Malgré tous les atouts du TSGP, il en est quand même des voix, mêmes algériennes, qui défendent curieusement le NMGP. Le battage médiatique mené notamment depuis janvier passé  par des médias marocains et étrangers proches du Makhzen en faveur du NMGP, illustre combien les lobbyings étaient féroces et voulaient à tout prix faire achopper le TSGP.

Si les agitations et les manœuvres des responsables et youtoubeurs marocains et amis du Maroc étaient compréhensibles, on ne peut que rester pantois devant ces « Algériens » installés à l’étranger se prenant qui pour un journaliste, qui pour un analyste qui défendent sans rougir le NMGP.

Mais l’Histoire et même la Géographie finissent par reconnaître les leurs . Le bon sens et la logique économique ont fini par triompher des coulisses politiques. La diplomatie algérienne, sereine, a travaillé dans le calme loin des annonces sensationnelles employées à outrance par les rabatteurs makhzéniens.

Les fruits sont là, la signature d’un mémorandum d’entente entre les trois pays pour concrétiser ce projet, met fin à toutes les supputations galvaudées périodiquement ça et là par des voix haineuses. Si pour l’instant rien n’a filtré sur la date de l’achèvement et de la mise en service de ce méga-gazoduc qui devra approvisionner l’Europe et les pays du Sahel, le contexte géopolitique actuel marqué par la flambée des prix du pétrole et du gaz et la quête de l’Europe d’autres fournisseurs en gaz ,va immanquablement hâter sa réalisation.

Quitter la version mobile