Site icon L'Express Algérie

Conséquence de la guerre en Ukraine et des tensions à Taiwan: Une recomposition géostratégique et économique mondiale pointe à l’horizon

Conséquence de la guerre en Ukraine et des tensions à Taiwan: Une recomposition géostratégique et économique mondiale pointe à l’horizon

Selon des experts militaires les impacts géostratégiques sont importants et bouleverserait toute la reconfiguration régionale voire mondiale. Depuis, le renforcement des capacités militaires chinoises à tous les niveaux conduit les stratèges américains à s’interroger sur la capacité de Washington à prévenir une prise de contrôle de Taïwan, si tant est que la Maison Blanche décide d’intervenir. 

Les tensions en Ukraine ont montré l’interdépendance de l’économie mondiale notamment la sécurité alimentaire où Russie et Ukraine représentent environ 30% des exportations mondiales sans compter l’énergie où l’Europe en 2021 dépendait du gaz traditionnel de la Russie entre 40/47%, première réservoir mondial avec 45.000 milliards de mètres cubes gaz suivi de l’Iran 35.000 et du Qatar 20.000. Le 09 août 2022 le cours du pétrole, après avoir atteint 120 dollars et plus face à l’inquiétude de la récession de l’économie mondiale a été coté à 97, 75 dollars le Brent  et à 91, 50 dollars le Wit encore que face aux tensions avec la Russie le prix du gaz a atteint 123,8 euros le mégawatheure sur le marché à terme néerlandais, la référence en Europe. Les tensions actuelles entre les USA et la Chine concernant Taiwan en Asie risquent de bouleverser toute la carte géopolitique du monde, le conflit Ukraine Russie devenant alors un épiphénomène, dans la mesure, où outre son poids économique croissant concentrant la majorité de la population mondiale estimée en 2021 à 7,83 milliard d’habitants avec 4 ,717 milliards d’habitants

Quel est le poids économique des acteurs en présence ?

Le PIB mondial est estimé à 84700 milliards de dollars en 2020  devrait franchir la barre des 100.000 milliards de dollars pour la première fois en 2022, selon un rapport du cabinet du Center for Economics and Business Research (CEBR), l’économie chinoise devrait devenir la première économie mondiale, devant les Etats-Unis, en 2030. L’on doit manier avec précaution l’indicateur produit intérieur brut PIB en valeur nominale, voilant les importantes disparités tant intersectorielles que  la répartition du revenu  par couches sociales, l’indicateur PPA parité du pouvoir d’achat ou l’IRH, indice de développement humain du PNUD étant plus significatif. Comme il s’agit de tenir compte de la population totale et diviser le PIB par la population et non se limiter à livrer  le PIB brut isolé. Examinons le poids économique des pays en présence. Taiwan a une population de 23, 57  millions d’habitants  en  2021 avec un PIB  per capita l’ un des plus élevé au monde  de près de 57 214 dollars US  en 2020 , légèrement supérieur à celui de l’Islande  et  légèrement inférieur à celui des Pays –Bas   avec un produit intérieur brut PIB   de 635,5 milliards $ US en 2020, de 787 en 2021  et selon le projections 850 milliards de dollars en 2022. C’est la 19e puissance économique du monde avec une croissance soutenue. Étant dominée par les hydrocarbures  étant surtout une puissance militaire pour une population de 146 millions d’habitants, sur un an, le produit intérieur brut russe devrait augmenter de 2,9%, pour s’élever à 1 703 milliards de dollars en 2022. Les sanctions ayant eu pour l’instant un impact mitigé sur les équilibres financiers, les exportations d’hydrocarbures russes représentaient 46% de ses exportations totales en valeur, l’Europe ayant contribué presque pour moitié à ses recettes pétrolières. Selon l’Institut Montaigne, les ventes de pétrole russe ont atteint 179 milliards de dollars en 2021, contre 62 milliards pour le gaz. Et l’augmentation des cours de l’or noir devrait encore accroître les recettes cette année où à 100 dollars le baril en moyenne, celles-ci s’élèveraient à 306 milliards de dollars, soit 18% du PIB russe.

 Le Produit intérieur brut de l’Ukraine estimé à environ 170 milliards de dollars pour une population pour 43 millions d’habitants fin 2021 s’est effondré de 15,1% au premier trimestre 2022 par rapport à la même période 2021 sous l’effet de la guerre avec la Russie. Pour la BERD, le PIB de l’Ukraine va plonger de 30% en 2022. Quant à la population chinoise en 2021, elle  est de 1,41 milliard d’habitants pour un PIB prévu en 2022  de 18460 milliards de dollars. La Chine civilisation millénaire est un pays paisible, n’ayant jamais été une puissance coloniale, considérant selon plusieurs études stratégiques de hauts niveaux les USA comme un partenaire économique, le rêve chinois  étant le partage des espaces économiques avec les USA entre 2030/2050, chacun avec ses zones d’influences, en 2021, 70% de ses exportations l’étant avec les  USA et l’Europe , le militaire  ayant suivi, afin de défendre sa souveraineté nationale, son aspiration légitime , une économie diversifiée forte comme l’atteste sa stratégie de la route de la Soie et son action en faveur du renforcement du BRICS où il entend jouer le rôle de leader. ( A. Mebtoul interview ALg24 interview 05/08/2022). La nouvelle route de la soie est un projet stratégique chinois afin de ressusciter la mythique route caravanière qui reliait, il y a près de 2 000 ans, Xi’an en Chine à Antioche en Syrie médiévale (aujourd’hui en Turquie).visant à relier économiquement la Chine à l’Europe et l’Afrique en intégrant les espaces d’Asie Centrale par un vaste réseau de corridors routiers et ferroviaires, concernant plus de 68 pays regroupant 4,4 milliards d’habitants et représentant près de 40 % du produit intérieur brut (PIB). Par ce projet, la stratégie vise à ancrer l’Europe orientale et l’Asie occidentale par un vaste réseau d’ infrastructures, routes, chemin de fer, pipelines, câbles de fibres optiques et terminaux portuaires qui relieront les trois continents par terre et par mer ,où toutes les routes conduiront à Pékin. Ce qui explique la récente contre-offensive américaine et accessoirement de l’Europe en direction de l’Afrique, enjeu économique du XXIème, importantes richesses et un quart de la population mondiale  entre 2035/2040 siècle. Quant à l’espace européen avec la dominance de l’Allemagne et à un degré moindre de la France, l’Europe a une population de 440 millions d’habitants non inclus la Grand Bretagne et un PIB de 14 476 milliards Europe de 2021. En incluant la Grande Bretagne qui a un PIB  de 2695, nous aurons un total de 17171 milliards de dollars plus Etats Unis d’Amérique dont le PIB a été de 22900 en 2021 et les prévisions pour  2022 donnent 24793  pour 332 millions d’habitants, cet espace le plus riche du monde  pour une  population inférieure à 1 milliard d’habitants   accaparent près de 40% de la richesse mondiale. Quant certains pays asiatiques clefs comme l’Inde, en moyenne pour 2021, le PIB est estimé   3250  milliards de dollars PIB pour une population de  1,5 milliard habitants, le Japon  5383 de PIB pour une population de  126 millions, la Corée du Sud  1907 de PIB  pour une population de 52 millions, l’Indonésie 1180 milliards de dollars de PIB  pour une population de 274 millions, le Pakistan 264 milliards de dollars de PIB pour une population 221 millions, la Thaïlande un PIB  de 540  milliards de dollars pour 70 millions d’habitants et le Vietnam du Nord 310 milliards de dollars de PIB pour une population de 122 millions  d’habitants. Outre le poids amortisseur du prix  d’Energie de l’Arabie Saoudite et de certains pays du Golfe, ( USA, Arabie Saoudite et Russie produisant plus de 10 millions de barils/j),  n ’oublions pas deux acteurs majeurs dans les crises régionales où  l’Iran selon les prévisions du FMI en 2022 est estimé à 652 milliards de dollars, pour une population d’environ 85 millions d’habitants et  la Turquie qui enregistre un produit intérieur brut  à 844 milliards pour une population  de  88 millions d’habitants.

Quels sont les enjeux des tensions USA/Chine / Taiwan ? 

Les relations entre la Chine et Taïwan sont tendues depuis leur séparation en 1949, et provoquent des passes d’armes récurrentes entre Pékin et Washington, la Chine la considérant  comme sa 23e province et le président Xi Jinping en a fait un des symboles de son « rêve chinois » de réunification du pays, fixant la date de 2049 comme l’aboutissement de ce projet.  Selon les experts militaires les impacts géostratégiques sont importants et bouleverserait   toute la reconfiguration  régionale voire mondiale. Depuis, le renforcement des capacités militaires chinoises à tous les niveaux conduit les stratèges américains à s’interroger sur la capacité́ de Washington à prévenir une prise de contrôle de Taïwan, si tant est que la Maison Blanche décide d’intervenir. Deux enjeux majeurs des tensions  entre les USA /Chine/ Taiwan.   Premièrement, le passage maritime représente la seule frontière entre la Chine et l’île de Taïwan étant un   enjeu géopolitique stratégique incontournable dans les échanges maritimes mondiaux, où selon les statistiques internationales, environ 48 % des 5.400 porte-conteneurs en opération dans le monde » y ont navigué en 2022, la voie navigable représentant  88 % du trafic  des plus gros cargos.  Le contrôle maritime est stratégique. Le poids des transports de marchandise par voie maritime dans le monde représente 9,1 milliards de tonnes, soit l’équivalent de 288.559 kilos transportés via les mers chaque seconde (compteur). 90% du commerce mondial s’effectuent par transport maritime.. Et cela n’est pas propre au détroit de Taiwan  où par exemple le détroit d’Ormuz est un verrou stratégique du golfe Persique donnant une puissance stratégique à l’Iran .Certes l’ouverture du canal de Suez en 1869 a réduit l’importance de cette route maritime, avant que l’ère du pétrole ne la rende indispensable à l’économie mondiale. Ainsi, entre  2018/2021 un tiers des hydrocarbures transportés par tankers dans le monde et un quart du gaz naturel liquéfié (GNL) transporté par méthaniers y ont transité, soit, en moyenne, entre 21 et 30% de la consommation mondiale de pétrole où contrairement  l’Europe, la situation est bien différente pour l’Asie orientale qui est très dépendante du détroit d’Ormuz : 76 % des volumes de pétrole brut et de condensats y ayant transité en 2018/2019 étaient destinés aux marchés asiatiques (Chine, Inde, Japon, Corée du Sud et Singapour). Le contrôle des ports et du transport maritime est donc stratégique.  L’exemple récent ayant provoqué des tensions alimentaires, le blocage des ports en Ukraine, blocage qui vient  d’être partiellement levé. Sur les 13 ports du pays, 5 sont des ports en eau profonde: le port de Pivdennyi, les ports de Tchornomorsk, Odessa, Mykolaïv ;où environ 60% du fret manutentionné passe par les trois plus grands d’entre eux, à savoir Odesa, Illichivsk et PivdennyiPorts. Autre exemple  l’impact de l’épidémie du coronavirus sur le cout  des porte-conteneurs  où  presque tous les produits manufacturés – vêtements, médicaments et produits alimentaires transformés entre autres  sont expédiés dans des conteneurs, où le prix est  passé de 2 000 dollars pour transporter un conteneur de la Chine vers la côte ouest des États-Unis  à 20 000 dollars  selon président de l’Association des armateurs de la République dominicaine. C’est vers les régions en développement que l’impact sur les taux du fret a été le plus fort, là où les consommateurs et les entreprises en ont le moins les moyens. Durant la période 2021,  les taux vers l’Amérique du Sud et l’Afrique de l’Ouest sont plus élevés que vers toute autre grande région commerciale. Début 2021, par exemple, les taux de fret de la Chine vers l’Amérique du Sud avaient flambé de 443 %, contre 63 % entre l’Asie et la côte est de l’Amérique du Nord. D’où l’importance stratégique du contrôle maritime. Selon le rapport 2020 publié par  Dynaliners  sur l’état du marché de la conteneurisation mondiale, avec   presque 690 millions d’EVP, les 146 ports ont  enregistré un trafic de plus d’un million d’EVP dans le monde en 2020,  réalisant  86 % du volume mondial.  Sept des 10 plus grands ports au monde sont  chinois, seuls Singapour, Busan et surtout Rotterdam viennent bouleverser ce classement : 1-Shanghai- 2- Singapour – 3-Ningbo  – 4-  Shenzhen : -5-  Guangzhou -7-    Busan – 8-  Tianjin  -9- Hongkong  et    10-   Rotterdam.    Deuxièmement, les enjeux des tensions à Taiwan s’expliquent aussi par le fait que l’archipel concentre une grande partie de la production mondiale de microprocesseurs. Vu le caractère stratégique de ces composants, les grandes puissances cherchent à sécuriser leur approvisionnement, à entraver parfois celui de leurs concurrents, ou encore à financer l’établissement de fabriques sur leur propre sol.  Des puces qui équipent les appareils IT, électroniques, mais dont dépendent quantité d’autres industries, comme l’automobile ou l’armement, où ce  devrait croître de 7,4% et atteindre près de 640 milliards de dollars en 2022, selon les derniers chiffres de Gartner.. Selon le New York Times, les puces fabriquées à Taïwan ont une dimension stratégique des deux côtés du Pacifique et les tensions actuelles, si elles devaient  durer, perturberaient  l’économie mondiale suite aux ruptures des  chaînes d’approvisionnement sans lesquelles le monde moderne pourrait s’arrêter.

Abdelrahmane Mebtoul, expert international

Quitter la version mobile