Site icon L'Express Algérie

Jacob Cohen: « Derrière la présence du Mossad au Maroc, une volonté de peser sur toute la région»

Jacob Cohen: « Derrière la présence du Mossad au Maroc, une volonté de peser sur toute la région»

Dans une vidéo que nous a postée Jacob Cohen, l’écrivain et politologue antisioniste, auteur du « Printemps des sayanim » et de « main-basse du Mossad sur Tinghir », Salem Maataoui, le Dr Salem Ouihmane (présent surtout pour la traduction du français vers l’arabe) et Jacob Cohen, tous trois Marocains, musulmans et juif, liés par le lien sacré de l’antisionisme, se sont retrouvés pour une vidéo de réinformation. La réunion de ces trois intellectuels, attachés par un même combat, est d’autant plus intéressante à suivre que les thèmes de la discussion, d’une durée d’1 heure 50 minutes, sont d’une brûlante actualité. 

Le motif semble être le sionisme galopant qui a totalement déteint sur la démarche officielle des autorités qui ne savent plus où finit le judaïsme et ou commence le sionisme, mélange qui a été d’autant plus détonnant qu’il a créé des zones de tensions, voire de turbulences dans tout le royaume.  

Maataoui a débuté son propos par égratigner les Marocains qui ne distinguent plus entre sionisme et judaïsme ; d’autant que certains sont en train de mener les gens en bateau en mélangeant les genres, comme ils mélangeront demain, antre antisionisme et antisémitisme, et cela risque d’être une grande catastrophe  pour le peuple marocain, qui risque de se réveiller demain, avec des lois qu’il ne comprendra pas et qui vont le submerger dans les abimes de ce type de mélange de genres.

Jacob Cohen, qui a donné des indications sur son livre sur la palmeraie de Tinghir, est revenu sur le contexte de ce livre, tout en donnant des précisions majeures sur l’avancée du Mossad dans le royaume. Tinghir, où il a séjourné, est une ville du Haut Atlas oriental. Durant son séjour là-bas, juste avant le confinement dû à la propagation planétaire du coronavirus, il a pu constater l’avancée du Mossad dans le royaume.  

« Dans ce livre, j’ai reconstitué un climat, très réaliste, j’ai imaginé comment et de quelle manière les sionistes s’infiltraient dans ce territoire pour le contrôler et pour pousser certains de leurs objectifs ; généralement, les sionistes avancent à visage masqué : ils viennent avec des prétextes culturels, civilisationnels, religieux, jamais militaires. Ils sont là avec de très bonnes intentions, développer la langue, l’histoire ; mais derrière cette façade il y a autre chose. 

« Derrière, en fait, il y a une recherche de comment peser sur la région. Voilà.  

Autre point important soulevé par Jacob Cohen, la manipulation des Amazighs par les sionistes. Ou du moins, leur souhait de les manipuler à travers la crise identitaire. Pour Jacob Cohen, les sionistes méprisent autant les arabes, tous les arabes, sans distinction, que les Berbères, également, qui tentent de manipuler par le biais des liens culturels, humains et civilisationnels, ou par le biais des loges juives, comme le B’naï Brith. « Moi je dis à ces gens, faites attention. Les sionistes méprisent arabes et berbères sans distinction ». 

Nous aurons l’occasion de revenir sur cette vidéo, qui demeure certes un point de vue d’un écrivain connu pour son engagement contre le sionisme, mais qui est également un point de vue d’un homme d’un courage et d’une probité qui lui ont valu le respect de tout le vaste monde arabo-musulman.  

Quitter la version mobile