Site icon L'Express Algérie

Paris et Alger ont-ils avancé vers un partenariat durable ?

Paris et Alger ont-ils avancé vers un partenariat durable ?

Entre Alger et Paris, le temps est à l’embellie. Mais embellie n’est encore beau temps. Même si la Première ministre française Elisabeth Borne a dressé un bilan positif de son voyage de deux jours en Algérie et premier déplacement à l’étranger, voyage qui a permis, selon elle, aux deux pays d’avancer vers « un partenariat renouvelé, inscrit dans la durée ».

La cheffe du gouvernement s’est réjouie des progrès dans le rapprochement bilatéral, accomplis en particulier lors d’une réunion dimanche du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), la première depuis 2017. « J’ai le sentiment que, ensemble, nous avons avancé et que ce CIHN nous a permis de poser les fondements d’un partenariat renouvelé, inscrit dans la durée et qui profitera à nos jeunesses », a déclaré aux médias Mme Borne.

Le CIHN, auquel participaient une quinzaine de ministres de chaque pays, a débouché sur la signature de 12 accords de coopération industrielle, technologique, éducative et culturelle, dont une majorité toutefois de déclarations d’intention.

    Un communiqué conjoint a été signé entre l’Algérie et la France au terme de la 5ème session du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) algéro-français ainsi que des accords et des Lettres d’intention au cours d’une cérémonie coprésidée par les Premiers ministres des deux pays, M. Aïmene Benabderrahmane et Mme Elisabeth Borne.

  Un PV de lettre relatif à la restitution de 51 pièces de monnaie antiques a été également signé par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra et le ministre de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Bruno Le Maire. Après la signature de ce PV, Mme Borne a remis à Benabderrahamane les pièces de monnaie antiques, les deux Premiers ministres ayant signé auparavant ce PV.

  En outre une Déclaration d’intention dans le domaine du tourisme a été signée par le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Yacine Hamadi et la ministre déléguée aux Petites et Moyennes entreprises, au Commerce à l’Artisanat et au Tourisme, Mme Olivia Grégoire ainsi qu’un protocole d’accord entre Algeria Venture et l’Agence française de développement et une Lettre d’intention dans le domaine l’économie de la connaissance de l’innovation et de l’entreprenariat, signés par le ministre de l’Economie de la Connaissance, des Start-up et des micro entreprises, Yacine El Mahdi Oualid et Mme Olivia Grégoire.

Il s’agit aussi d’une Déclaration d’intention sur le travail et l’emploi, signée par le ministre du

Lundi, Mme Borne et son homologue Aïmene Benabderrahmane ont inauguré un Forum d’affaires franco-algérien afin d’impulser « une nouvelle dynamique » dans les échanges économiques entre les deux pays.

Souhaitant des partenariats basés sur « la complémentarité », le Premier ministre algérien a souligné qu’Alger doit « diversifier » son économie, « sortir de la dépendance aux hydrocarbures et attirer des investissements étrangers ».

Il a cité l’agriculture, la production de médicaments, les énergies renouvelables et les infrastructures comme offrant des opportunités aux entreprises françaises dans un contexte d’assouplissement récent de la stricte législation algérienne sur les investissements étrangers.

Le Forum, qui se tient jusqu’à aujourd’hui, est organisé par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie et Business France, structure publique chargée des investissements internationaux, qui a fait venir 70 entreprises françaises.

La France, « premier investisseur en Algérie, hors hydrocarbures », et ses entreprises sont « prêtes à participer à la diversification » algérienne, a assuré Mme Borne, appelant à s’appuyer sur les jeunes des deux pays qui « ont envie d’agir et foisonnent d’idées ».

Quitter la version mobile