Site icon L'Express Algérie

Le Maroc également impliqué dans le scandale de corruption du Parlement européen: « 100.000 euros pour des vacances »

Le nécessaire assainissement des relations Algérie-Union européenne

Dans l’enquête du parquet fédéral sur un scandale de corruption au Parlement européen, le Maroc semble désormais jouer un rôle aux côtés du Qatar. Selon « De Morgen », l’un des personnages clés de l’affaire est soupçonné d’être « intervenu politiquement auprès de députés européens en faveur du Qatar et du Maroc, contre paiement », assure le site belge 7sur7.be.

De nouveau, le Parlement européen est dans l’œil du cyclone depuis que la justice belge a effectué des perquisitions le week-end dernier dans le cadre d’une enquête pour corruption. Les enquêteurs soupçonnent un État du Golfe d’essayer d’influencer la prise de décision en offrant de grosses sommes d’argent et des cadeaux substantiels à des personnes occupant des postes stratégiques au Parlement. L’État impliqué serait le Qatar.

Selon «Der Spiegel», le scandale de corruption d’eurodéputés implique également le Maroc

Selon l’hebdomadaire Der Spiegel, le scandale des pots-de-vin versés par le Qatar au Parlement européen concernerait également le Maroc, qui serait impliqué dans le système de corruption pour obtenir un poids politique et économique à Bruxelles.

Les documents d’enquête consultés par les médias allemands indiquent que l’ancien député européen italien Pier Antonio Panzeri a accepté de l’argent du Qatar et du Maroc pour déterminer certaines décisions politiques au Parlement européen.

Deux membres de la famille de Panzeri auraient aidé à transporter des « cadeaux » qui leur ont été offerts par l’ambassadeur marocain d’un pays d’Europe de l’Est.

La police belge a trouvé 1,5 million d’euros en espèces lors de la perquisition d’une vingtaine de domiciles, dont celui de la désormais ancienne vice-présidente du Parlement européen, la socialiste grecque Eva Kaili, et de M. Panzeri.

Aux côtés de Panzeri et Kaili, tous deux issus de la famille sociale-démocrate européenne, Francesco Giorgi – le compagnon et assistant parlementaire de Kaili – et une quatrième personne restent en détention dans le cadre de l’enquête. Ils doivent tous comparaître devant le tribunal de première instance de Bruxelles cette semaine.

Quitter la version mobile