Site icon L'Express Algérie

Relations algéro-françaises, nouvelle « lune de miel » ?

Relations algéro-françaises, nouvelle « lune de miel » ?

Les relations algéro-françaises connaissent-ils une nouvelle « phase positive » ? On aura la faiblesse de le croire si l’on ferme les yeux sur des relations en dents de scie qui risquent à tout instant de revenir au point de départ. 

Mais cette fois-ci, il existe des indices plus probants que d’autres pour le penser : prochaine visite d’Etat du président Tebboune en France ; tête-à-tête entre le Général d’Armée et Chef d’état-major de l’Armée nationale Saïd Chanegriha, et le Général d’Armée Thierry Burkhard, Chef d’état-major des Armées françaises ; visite à Alger de la secrétaire générale du ministère français des Affaires étrangères Anne-Marie Descôtes, à la tête d’une délégation de plusieurs secteurs dans une visite visant à renforcer les opportunités de coopération entre les deux pays ; et, enfin, début des travaux de la 9e session des consultations politiques algéro-françaises. Donc, cela fait beaucoup pour revenir au point mort. 

Pour en revenir aux travaux de la 9e session des consultations politiques algéro-françaises, qui ont débuté hier, à Alger, en présence des secrétaires généraux des ministères des Affaires étrangères algérien et français, il faut préciser ce que l’Algérie a avancé dans l’échiquier mis entre elle et la France.

Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Amar Belani, a mis en exergue « la nécessité de poursuivre les efforts entrepris de part et d’autre afin de réussir davantage à élever le niveau des relations et les articuler ensemble à des réponses adaptées, notamment aux deux marqueurs essentiels de notre relation globale que sont la mémoire et la mobilité (…) et au socle du partenariat renouvelé auquel nous aspirons ».

Belani s’est, en outre, félicité de la tenue de cette réunion qui intervient, dit-il, « au moment où nos relations bilatérales connaissent une progression et une courbe ascendante positive sous l’impulsion résolue de nos deux présidents de la République et leur engagement commun à inscrire les relations entre l’Algérie et la France dans une dynamique de progression irréversible tout en restant dans la fidélité à la Déclaration d’Alger », signée le 27 août dernier à l’occasion de la visite du président français Emmanuel Macron en Algérie.

Belani a loué l’accélération de la fréquence des rencontres bilatérales depuis la tenue, à Paris en septembre dernier, de la 8e session des consultations politiques, ce qui confirme « la volonté de nos deux pays de donner corps et de la substance à la Déclaration d’Alger pour un partenariat renouvelé entre les deux pays ».

Pour sa part, la secrétaire générale du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, Anne-Marie Descôtes, a indiqué que cinq mois après la visite officielle et d’amitié du président français à Alger et Oran en août dernier, « une étape inédite est en cours de construction dans la relation de nos deux pays que nous voulons pleine de confiance ».

Accompagnée d’une vingtaine de hauts responsables de la coopération, Mme Descôtes a souligné que la venue de 15 ministres français à Alger en octobre dernier pour le Comité intergouvernemental de haut niveau, avait permis d’identifier de nouveaux domaines de coopération et de discussions, se réjouissant que des contacts au niveau des administrations sont en train de gagner en fréquence et en fluidité depuis l’automne pour une meilleure compréhension.

Quitter la version mobile