Site icon L'Express Algérie

Face aux mutations que connaît le monde: Il y a nécessité de renforcer davantage la coopération africaine

Face aux mutations que connaît le monde: Il y a nécessité de renforcer davantage la coopération africaine

Les participants au 2e sommet de Dakar sur le financement des infrastructures en Afrique ont salué le rôle pivot de l’Algérie en tant que locomotive de développement en Afrique.

Le directeur des infrastructures au ministère du transport terrestre du Sénégal, Mamoudou Alassane Camara, cité dans une déclaration de l’APS, en marge des travaux du deuxième et dernier jour du sommet, a estimé que l’Algérie est l’un des pays les plus importants du continent africain avec lesquels il est désormais nécessaire de renforcer la coopération à tous les niveaux ».

Le continent africain vit aujourd’hui une période extrêmement importante à la faveur des projets de développement initiés par les Etats membres avec les organisations régionales en vue de parvenir à la réalisation du développement de la région, a-t-il dit.

Face aux mutations que connait le monde, il est nécessaire de renforcer davantage la coopération africaine au niveau de l’Afrique de l’Ouest, a-t-il estimé, ajoutant que le Sénégal entend, à travers ses programmes de développement, créer une passerelle entre la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et les pays du Maghreb arabe notamment l’Algérie.

« Il est impératif aujourd’hui de donner un nouvel élan aux relations algéro-sénégalaises à travers la diversification de la coopération et du partenariat entre les deux pays dans le cadre de la coopération Sud-sud ainsi que le développement des infrastructures sans oublier le renforcement des capacités dans le domaine des transports notamment le transport ferroviaire », a-t-il fait valoir.

 L’Algérie, acteur principal de l’intégration afro-européenne

De son côté, la Commissaire des infrastructures et énergie de l’Union africaine, Amani Abou Zeid, a salué le rôle axial et pionnier de l’Algérie en Afrique de manière générale, « pas seulement sur le plan des projets d’infrastructures ou les projets d’intégration régionale, mais également par rapport à l’ensemble des questions qui concernent le continent ».

Mme Abou Zeid a également insisté sur l’intérêt particulier accordé par l’UA aux programmes d’infrastructures et d’intégration régionale car étant la colonne vertébrale du développement en Afrique. Elle a rappelé, dans ce sens, que trois ou quatre pays africains constituaient la locomotive de l’économie africaine, l’Algérie en tête, avec un rôle majeur, sans exclure l’Egypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud ».

Mme Abou Zeid a affirmé que l’UA avait concrétisé un nombre important de projets d’infrastructures sur les plans régional et continental avec la participation de plusieurs organisations et pays africains, lesquels ont été présentés, lors du Sommet de Dakar, aux responsables africains à haut niveau.

Selon la Commissaire de l’UA, l’importance de ces projets n’a cessé de grandir sur les trois dernières années suite aux crises successives auquel a fait face le monde en raison de la pandémie de Covid-19 et des conjonctures géopolitiques.

Ces crises ayant touché le continent africain, il est aujourd’hui nécessaire de réaliser davantage d’intégration régionale et continentale, notamment dans le domaine de l’énergie, a-t-elle indiqué. Et d’ajouter que l’Algérie joue un rôle pivot en matière d’énergie d’abord au niveau régional, puis en tant que partenaire africain contribuant à l’ouverture sur l’Europe.

De son côté, la Directrice générale (DG) de l’Agence de développement de l’UA (AUDA-NEPAD), Mme Nardos Bekele-Thomas a assuré que « l’Algérie joue un rôle hautement important en tant que membre fondateur du NEPAD et membre actif en faveur du règlement des questions auxquelles fait face l’Afrique ».

Elle a mis en avant l’attachement de l’Algérie à l’unité africaine et salué sa participation au sommet de Dakar auquel a pris part le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, en sa qualité de représentant du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune. Cela « dénote l’intérêt que porte l’Algérie au développement du continent africain pour réaliser le développement, au mieux des intérêts du citoyen africain », a-t-elle dit.

L’Algérie dispose de capacités technologiques et de ressources humaines importantes qui lui permettent de jouer un rôle dans la réalisation de plusieurs projets de développement dans le continent, a-t-elle ajouté.

Ce sommet, a-t-elle fait savoir, vise essentiellement à développer un partenariat pour la réalisation des projets inscrits au programme d’infrastructures en Afrique. Pour sa part, un responsable à l’Agence africaine de développement a salué la teneur de l’allocution prononcée par le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane sur le rôle de l’Algérie en matière de développement.

L’Algérie a les compétences scientifiques et techniques requises pour développer les infrastructures, citant le projet de la route reliant l’Algérie au Nigeria, a-t-il ajouté.

Quitter la version mobile