Site icon L'Express Algérie

Financement de projets et des exportations hors hydrocarbures: Les banques appelées à s’y impliquer davantage

Vers le déploiement d'un réseau national de bureaux de change

Le gouverneur de la Banque d’Algérie (BA), Salah Eddine Taleb, cité dans une dépêche de l’APS, a exhorté, les banques de la place à fournir plus d’effort pour financer de nouveaux projets créateurs de valeur et de trouver les meilleurs mécanismes pour développer l’inclusion financière dans toutes ses dimensions.

Ces orientations ont été formulées lors d’une réunion, organisée avec les directeurs généraux des banques de la place, « dans le but de se concerter et d’échanger sur la situation du système bancaire algérien, ainsi que sur ses perspectives d’évolution ».

A cet effet, le gouverneur « a exhorté les banques à fournir plus d’effort à même de financer de nouveaux projets créateurs de valeur et de trouver les meilleurs mécanismes pour développer l’inclusion financière dans toutes ses dimensions, dans l’objectif d’augmenter la collecte des ressources et le financement de l’économie nationale, notamment en direction des PME ».

Il a également évoqué l’importance de la mise à disposition des moyens de paiements digitaux, sans pour autant négliger l’ensemble des moyens scripturaux adaptés aux besoins de la clientèle », rappelant que « l’Algérie disposait d’atouts indéniables pour assurer un essor économique à la hauteur des objectifs tracés».

Le gouverneur de la Banque d’Algérie a également souligné que,  « s’agissant des opérations de commerce extérieur, les banques sont plus que jamais interpellées à l’effet de promouvoir les exportations hors hydrocarbures en assurant, par un personnel formé, la vulgarisation et la diffusion de la réglementation de change auprès de leurs clientèles.

Par ailleurs, M. Taleb a précisé que « le système bancaire, qui a montré une grande résilience face à la crise économique mondiale et à l’impact de la crise sanitaire en 2020 et 2021, a vu sa solvabilité et sa liquidité se renforcer en 2022 », selon la même source.

« Bien que les indicateurs macro financiers soient favorables, la croissance des crédits pour le financement de l’économie n’a pas été en phase au vu du potentiel et des besoins de l’économie », a insisté le gouverneur.

Cette réunion, la première de l’année 2023, a été l’occasion pour exposer les principaux indicateurs monétaires pour l’année 2022, les évolutions en termes de liquidité bancaire et des conditions de financement monétaire, ainsi que la mise en application de la réglementation de change, notamment celle relative à l’accompagnement des exportateurs hors hydrocarbures.

Elle a également permis de débattre des préoccupations de la place  bancaire et s’inscrit dans une démarche de communication et de concertation autour des thématiques bancaires de l’heure.

Quitter la version mobile