Site icon L'Express Algérie

Développement numérique: Il reste beaucoup à faire !

Exportations hors hydrocarbures: un défi à 13 milliards de dollars

Dans une déclaration reprise par l’APS, le ministre de la Numérisation et des Statistiques, Hocine Cherhabil, affirmait récemment que son département avait recensé, jusqu’au 3 décembre dernier, 649 mesures réalisées dans le cadre des Plans d’action de développement numérique des différents secteurs.

Ces mesures Gouvernement-Gouvernement « concernent 334 mesures de numérisation du secteur des procédés internes ou applications de gestion interne, 91 mesures relatives aux infrastructures de numérisation (acquisition et montage d’équipements),142 mesures au profit des citoyens, 82 mesures au profit des opérateurs économiques, a précisé le ministre lors d’une audition devant les membres de la Commission des affaires économiques et financières au Conseil de la nation sur le thème « La transformation numérique en Algérie et sa contribution à la relance économique ».

La mise en œuvre de ces mesures a été suivie via la plateforme de suivi des plans sectoriels annuels relatifs au développement numérique, créée par le ministère en vue d’analyser et élaborer des tableaux de bord d’aide à la prise de décision de manière unifiée et cohérente afin de réaliser une conjugaison optimale des ressources humaines et une rationalisation des dépenses publiques, a ajouté le ministre.

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de la démarche portant « développement de la gouvernance électronique et accélération de la numérisation de l’administration dans l’objectif d’instaurer un nouveau mode de gouvernance publique permettant de renforcer la relation avec les citoyens et opérateurs économiques à travers la proposition de services, efficaces et de haute qualité, sur internet adaptés à leurs besoins.

Il s’agit également du règlement de nombreux obstacles rencontrés par les citoyens et les pouvoirs publics des années durant, notamment ceux relatifs au temps et la distance pour les citoyens et la transparence et la traçabilité pour les autorités publiques, explique le ministre.

Dans le cadre des mesures « Gouvernement-citoyen », le ministre a mis en avant l’importance du portail gouvernemental numérique des services publics, dont le lancement officiel a été présidé par le Premier ministre le 7 décembre dernier et qui a constitué « une étape charnière dans la relance du processus de numérisation et de modernisation de l’administration publique ».

Le portail offre plusieurs avantages, dont l’accès aux services publics en ligne des différents secteurs, en sus de permettre aux visiteurs d’exprimer leurs avis et de formuler des propositions destinées à enrichir et à améliorer l’expérience utilisateur de ce portail et les services offerts.

Le recensement fait état de plus de 450 services publics, dont 338 ont été validés et introduits de manière définitive dans le portail, a souligné le ministre qui a présenté, en outre, les grandes lignes de la feuille de route tracée par le ministère et visant à faire aboutir le transfert numérique en Algérie, conformément au programme du président de la République qui a constitué la base du plan d’action du Gouvernement.

La concrétisation de cette feuille de route exige une coordination avec les autres départements ministériels appelés à concourir à la réussite de ce transfert numérique dans les domines vitaux à caractère prioritaire, comme la sécurité alimentaire et énergétique. Certes, beaucoup de choses ont été réalisées dans le domaine du numérique. Mais, il reste beaucoup à faire.       

YB 

Quitter la version mobile