Site icon L'Express Algérie

L’Algérie propose un plan cohérent de sortie de crise au Niger

Tebboune, dans une allocution au sommet du G77+Chine: «Garantir la préservationdes intérêts des pays du Sud»

Alors que les bruits de bottes se font de plus en plus menaçants au Sahel, l’Algérie met les bouchées doubles pour circonscrire toute velléité d’intervention militaire. La tournée de Attaf dans trois pays membres de la Cedeao, puis celle du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères à Niamey ont déjà eu l’effet de surseoir à l’action militaire et donner une chance à la paix.

Devant cet acquis, l’Algérie avance aujourd’hui ses pions avec plus d’assurance, et c’était le thème – plus que celui des Brics ‐ du point de presse animé par le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf.

Ainsi, le ministre des Affaires étrangères Ahmed Attaf a annoncé le lancement par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, d’une initiative en faveur d’une solution politique à la crise nigérienne.

Le ministre a indiqué lors d’une conférence de presse, organisée, hier, au Palais des Conférences d’Alger, que cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une vision garantissant, d’une part, l’illégalité des changements anticonstitutionnels et la réalisation de solutions pacifiques à l’abri de toute ingérence étrangère.

Il s’agit d’un plan en six points : renforcement du principe du rejet des changements anticonstitutionnels ; établissement d’un délai de six mois pour la mise en œuvre de la solution politique ; des arrangements politiques de sortie de crise ; des garanties ; une approche participative ; une conférence internationale sur le développement au Sahel.

L’objectif de l’initiative du Président Tebboune est de mettre en place des arrangements politiques avec la participation et l’accord de l’ensemble des parties concernées. Ce processus dont la durée ne devrait pas dépasser une période de six mois sera conduit par une personnalité qui fasse consensus.

L’Algérie va présenter les garanties nécessaires devant permettre la poursuite du processus politique. L’initiative sera mise en place avec une approche participative puisque l’Algérie lancera des consultations et des pourparlers avec l’ensemble des parties concernées.

L’Algérie ouvrira trois voies de communication, à commencer par les parties nigériennes, ensuite avec les pays de la Cédéao et enfin avec les pays qui voudraient appuyer les initiatives politiques au Niger.

L’Algérie va travailler également à l’organisation d’un congrès international sur le développement dans la région du Sahel. L’Algérie fait partie des pays qui estiment que le développement est un élément central dans la stabilité de la région.

Quitter la version mobile