Site icon L'Express Algérie

Tebboune salue le «haut sens du patriotisme des Algériens établis à l’étranger»

Le Président Tebboune plaide pour le développement en Afrique

Dans son message à l’occasion de la Journée nationale de l’émigration, commémorant les massacres du 17 octobre 1961, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a salué le haut sens du patriotisme dont font montre les enfants de l’Algérie établis à l’étranger à chaque échéance nationale et en toutes circonstances.

« Il me plaît de vous adresser, à vous membres de la communauté partout dans le monde, mes salutations et de me recueillir à la mémoire des vaillants chouhada, tombés en martyrs en cette journée douloureuse », a écrit le chef de l’Etat C’est ce même esprit, poursuit‐il, qui « les anime pour faire face aux mensonges et aux campagnes enragées menées par des officines hostiles à l’Algérie, au moment où notre pays franchit des pas inédits dans l’édification de l’Algérie nouvelle ».

Tebboune a ajouté : « C’est pour cette même Algérie que nous nous étions engagés, devant notre vaillant peuple, à en jeter les bases institutionnelles et à amorcer son décollage économique, avec pour leitmotiv la préservation de la dignité du citoyen et la primauté des intérêts suprêmes du pays ».

La commémoration de la Journée nationale de l’émigration nous offre, souligne le président de la République, «l’opportunité de dire toute notre fierté des gloires et des épopées de notre histoire nationale, mais aussi de renouveler notre fidélité au serment fait aux chouhada qui se sont sacrifiés pour que vive l’Algérie libre et digne (…)».

Le président de la République a saisi cette occasion pour « réaffirmer le souci permanent de l’Etat de prendre en charge les affaires de notre communauté partout dans le monde, notamment à travers la mobilisation de nos représentations diplomatiques et consulaires pour promouvoir les meilleurs mécanismes de prise en charge des besoins des membres de notre communauté, consolider les acquis réalisés en
leur faveur ces dernières années, veiller à se rapprocher d’eux et à écouter leurs préoccupations et coordonner avec les autorités habilitées au sein des institutions de l’Etat pour suivre ces préoccupations et les traiter, de manière sérieuse et dans des délais raisonnables ».

Quitter la version mobile