Site icon L'Express Algérie

Voici les priorités de l’Algérie au Conseil de sécurité

Voici les priorités de l'Algérie au Conseil de sécurité

L’Algérie se pose comme un élément de paix et un stabilisateur au niveau régional, voire international. Le Mali, le Niger, la Libye, etc. ont été autant d’exemples où l’expertise algérienne a prévalu.

Dans cette perspective, Attaf a pris part mardi soir dans le cadre de sa visite de travail au Royaume‐Uni, à une rencontre consultative sur le Conseil de sécurité, organisée dans la prestigieuse institution de Wilton Park.

Le chef de la diplomatie algérienne a évoqué le contexte international dans lequel intervient l’adhésion de l’Algérie au Conseil de sécurité et les priorités sur lesquelles le pays mettra l’accent lors de son prochain mandat : « Rejoindre le Conseil de sécurité est gratifiant, mais aussi extrêmement exigeant. Nous aspirons sincèrement à apporter de nouvelles perspectives, étant pleinement conscients du contexte particulièrement difficile dans lequel se déroule notre mandat », a déclaré Attaf devant les participants à cette réunion, tout en rappelant que l’Algérie a déjà servi trois fois en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité, la dernière fois en 2004‐2005.

Le ministre a ainsi énuméré les priorités de l’Algérie dans ce sillage qui, a‐t‐il dit, « consistent avant tout à œuvrer pour raviver l’intérêt et l’engagement du Conseil de sécurité dans la résolution des conflits et des crises qui font rage dans les régions africaine et arabe, en étroite collaboration avec l’Union africaine et la Ligue arabe ».

« En Afrique, la région du Sahel est devenue le foyer de la plus forte concentration au monde de points chauds de conflits armés et de crises multidimensionnelles, s’étendant sous la forme d’un ‘arc de feu’, de la mer Rouge à l’océan Atlantique, du Soudan au Sahara occidental », a‐t‐il
ajouté.

« En quelques années seulement, cette région est devenue l’épicentre mondial du terrorisme et de la criminalité transnationale organisée, dans un contexte d’instabilité politique croissante provoquée par la récente résurgence de changements anticonstitutionnels de gouvernement », a rappelé M. Attaf.

Dans la région arabe, la tragédie en cours dans les territoires palestiniens occupés, en particulier dans la bande de Ghaza assiégée, « est un horrible rappel de la nécessité urgente de régler correctement la question palestinienne, conformément à la solution à deux Etats convenue par la communauté internationale il y a des décennies », a‐t‐il ajouté.

En poursuivant ces priorités, « l’Algérie plaidera fermement en faveur de la nécessité de dépasser l’approche du statu quo, de s’attaquer aux causes profondes des conflits et des situations de crise, d’accorder davantage d’attention au rôle des femmes dans les processus de paix et au sort des enfants dans les conflits armés, de proposer un nouveau modèle d’opérations de paix plus adapté aux contextes contemporains et enfin de travailler main dans la main avec les organisations régionales, notamment l’Union africaine et la Ligue arabe », a conclu Attaf.

Quitter la version mobile