Site icon L'Express Algérie

Faire du Sud le grenier de l’Algérie

Faire du Sud le grenier de l’Algérie

Le Gouvernement est en phase d’élaboration du cadre juridique et réglementaire relatif à l’encadrement de l’investissement agricole au Sud, et ce, par la création de mégapoles intégrées pour le développement des filières stratégiques, a indiqué, hier à Adrar, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Youcef Cherfa.

Cette annonce est intervenue lors des travaux de la rencontre nationale sur l’investissement agricole dans les wilayas du sud, organisée sous le haut patronage du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, en présence de membres du gouvernement, de walis des wilayas du Sud, d’organisations patronales, d’agriculteurs et de professionnels.

Les mégapoles intégrées doivent commencer par la production agricole, passant par la transformation, l’emballage et le transport pour aboutir au produit final, a précisé M. Cherfa.

Le ministre a préconisé, à cet effet, « le développement des industries manufacturières, en leur fournissant des intrants agricoles produits localement, citant en particulier les huiles, le sucre, la poudre de lait, les céréales, les légumes secs et le coton destiné à l’industrie textile ». Il s’agit d’une « nouvelle vision » à même d’assurer la sécurité alimentaire, à travers le développement de ces mégapoles agricoles appelées à couvrir les besoins nationaux et exporter l’excédent, a‐t‐il souligné.

Mettant en avant l’importance de ces projets stratégiques en vue de réaliser « un saut qualitatif » dans les domaines de la production et de la transformation, le ministre a souligné que ces mégapoles agricoles intégrées « sont à même de créer une dynamique pour réaliser le développement socioéconomique et renforcer la sécurité alimentaire ».

Dans ce sillage, le ministre a appelé les investisseurs locaux et étrangers à « adhérer massivement » à cette démarche pour promouvoir l’investissement agricole au Sud, rappelant qu' »un couloir vert leur sera consacré pour bénéficier du foncier ou d’autres facilitations pour le forage de puits ou le raccordement au réseau d’électricité ».

Dans ce cadre, M. Cherfa a rappelé les orientations du président de la République, données lors des assises nationales sur l’agriculture, organisées le 28 février 2023, concernant la mise en place d’un système incitatif au profit des exploitants qui réalisent une production agricole deux fois/an et le financement par des banques, des projets agricoles structurants jusqu’à 90 % de leur coût.

Il a également rappelé les avantages prévus dans la nouvelle loi sur l’investissement, ainsi que la révision des lois encadrant des aspects importants du secteur agricole, la mise en place d’un cadre pour l’octroi d’agrément aux bureaux d’études spécialisés dans le domaine agricole, l’achèvement de l’opération d’assainissement du foncier agricole, l’amendement du texte de loi sur la création des coopératives agricoles, outre l’autorisation d’importation du matériel agricole rénové et autres mesures.

Par ailleurs, M. Cherfa a indiqué que le secteur agricole en Algérie avait enregistré au cours des quatre dernières années des résultats « très positifs », rappelant sa contribution de plus de 14,7% au PIB en 2022, en réalisant une production agricole de près de 4.550 mds da, tandis que le taux de couverture nationale des besoins alimentaires par la production locale a atteint 75%.

La superficie des terres agricoles dans les régions du Sud représente 7% de la surface agricole nationale totale utilisée (SAU), selon le ministre qui a mis en avant la contribution « significative » de ces terres à l’approvisionnement du marché national en produits agricoles notamment les céréales (11%), les légumes (26,4%) et les pommes de terre (32%).

Chorfa a en outre fait savoir que la contribution des régions du Sud à la valeur globale de la production agricole était d’environ 26%, ajoutant que la réalisation des objectifs fixés pour les cultures stratégiques était encore « loin », consistant notamment en la réduction de la facture d’importation de céréales, du sucre, de l’huile de table, des fourrages, du lait en poudre et du coton.

A ce propos, le ministre a estimé que cette rencontre organisée sous le slogan « L’agriculture dans le Sud, force de notre sécurité alimentaire » a été l’occasion d’évaluer la mise en œuvre des objectifs tracés en matière d’investissement agricole, ainsi que de revoir certains aspects de la réglementation de l’investissement et de simplifier les procédures administratives au profit des opérateurs pour accélérer le rythme de réalisation, notamment après l’attribution du troisième portefeuille foncier à l’Office de développement de l’agriculture industrielle en terres
sahariennes (ODAS), en prévision du lancement d’un nouveau portefeuille

Quitter la version mobile