Site icon L'Express Algérie

Adhésion de la Palestine à l’ONU: Le conseil de sécurité se prononcera aujourd’hui

Adhésion de la Palestine à l'ONU: Le conseil de sécurité se prononcera aujourd'hui

Le Conseil de sécurité de l’ONU votera aujourd’hui sur un projet de résolution concernant l’adhésion de la Palestine à l’ONU. L’Algérie avait procédé mardi à l’introduction et à la mise en bleu de son projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations unies recommandant à l’Assemblée générale l’admission de l’Etat de Palestine comme membre de l’Organisation des Nations Unies, cette étape étant la dernière avant le vote du projet de résolution par les membres du Conseil de sécurité.

Fermement soutenue par le Groupe arabe à New York, cette démarche fait suite aux efforts inlassables déployés par l’appareil diplomatique algérien conformément aux instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de mobiliser le plus grand soutien possible pour permettre à l’Etat de Palestine d’obtenir son statut de membre à part entière de l’ONU.

La séance de vote sur ce projet de résolution a été programmée pour l’après‐midi du jeudi 18 avril à 15h (heure de New York), soit à 20h, heure d’Alger). Immédiatement après la décision algérienne, le Groupe arabe à New York a publié un communiqué exprimant son « ferme soutien » à la demande d’adhésion de l’Etat de Palestine à l’Organisation des Nations Unies, soulignant qu’il s’agit là d' »une mesure tant attendue depuis longtemps et qui aurait dû être mise en œuvre non seulement depuis 2011, mais depuis 1948″.

Le Groupe arabe a également appelé tous les membres du Conseil de sécurité à « voter en faveur » du projet de résolution présenté par l’Algérie et a lancé un appel aux membres du Conseil à s' »abstenir, au moins, d’entraver cette initiative décisive ».

Dans sa déclaration, le Groupe arabe a souligné que l’adhésion à l’ONU « est un pas décisif dans la bonne direction vers une solution juste et durable de la question palestinienne, conformément au droit international et aux résolutions pertinentes des Nations unies ». Il a averti que « le déni de la place légitime de la Palestine au sein de la communauté des nations a duré trop longtemps et qu’il était temps de corriger cette injustice historique et de réaliser les droits inaliénables du peuple palestinien à l’autodétermination, à la souveraineté et à la création d’un Etat ».

Le Groupe arabe a exhorté le Conseil de sécurité de « tenir compte de l’appel de la communauté internationale et d’approuver sans plus tarder la demande d’adhésion de la Palestine », estimant que ne pas le faire constituerait « une abdication flagrante de la responsabilité du Conseil de faire respecter les principes de la Charte des Nations unies et du Droit international ».

Toutefois, l’administration américaine avait indiqué son intention d’utiliser son droit de veto si l’adhésion à part entière de la Palestine aux Nations Unies était proposée. Le représentant adjoint des États‐Unis auprès des Nations Unies, Robert Wood, a confirmé que la position de son pays n’a pas changé à cet égard et a déclaré : « Nous pensons que la question de l’adhésion à part entière de la Palestine est une question qui devrait être négociée entre Israël et les Palestiniens.

 » Rappelons que la Palestine avait obtenu le statut d’État observateur non membre auprès des Nations Unies après une résolution adoptée par l’Assemblée générale à une large majorité le 29 novembre 2012. La Palestine avait demandé à devenir membre à part entière des Nations Unies en 2011, mais cette candidature n’a pas reçu le soutien nécessaire au Conseil de sécurité de l’ONU.

Le 2 avril, le représentant permanent de la Palestine auprès des Nations Unies, Riyad Mansour, avait envoyé une lettre au secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, demandant que la demande d’adhésion soit réexaminée. Guterres avait écrit une lettre au Conseil de sécurité de l’ONU le 3 avril, dans laquelle il appelle à ce que la demande de la Palestine soit inscrite à l’ordre du jour.

Le processus d’inclusion de nouveaux membres aux Nations Unies commence d’abord par le Conseil de sécurité, et après discussions, le Conseil renvoie la question au « Comité d’admission de nouveaux membres ». Si le comité émet une réponse positive, le Conseil de sécurité de l’ONU votera et exigera que ses membres permanents n’utilisent pas de veto, et 9 membres sur 15 doivent voter en faveur de la décision du comité.

Si le Conseil décide d’accepter, la question est soumise à l’Assemblée générale des Nations Unies, et l’approbation de l’adhésion à part entière est requise pour obtenir les deux tiers des voix au sein des 193 membres de l’Assemblée générale des Nations Unies.

En résumé, la demande d’adhésion a été introduite. Et plusieurs pays voteront en sa faveur aujourd’hui. Il est permis d’espérer qu’un dernier sursaut de la part de la communauté internationale permettra de ne pas rater ce rendez‐vous avec l’histoire.

Quitter la version mobile