Site icon L'Express Algérie

L’entité sioniste «n’arrêtera pas sa folie tant que la communauté internationale ne l’arrêtera pas»

L’entité sioniste «n'arrêtera pas sa folie tant que la communauté internationale ne l'arrêtera pas»

Dans une déclaration sur son compte X, Francesca Albanese, la Rapporteuse spéciale sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, a appelé la communauté internationale à bouger et à imposer des sanctions à l’entité d’occupation sioniste pour stopper sa folie meurtrière et la forcer à se conformer à la décision de la Cour internationale de Justice.

«C’est après que la Cour internationale de Justice ait ordonné de mettre fin à l’offensive de Rafah qu’Israël intensifie ses attaques conte la ville», constate‐t‐elle, en soulignant qu’Israël n’arrêtera pas sa folie tant que la communauté internationale n’interviendrait pas pour y mettre fin. «Les États membres de l’ONU doivent imposer des sanctions à Israël, lui interdire la fourniture d’armes et suspendre leurs relations politiques et diplomatiques avec lui jusqu’à ce qu’il mette fin à son attaque. » plaide‐t‐elle.

Pour rappel, vendredi dernier, la Cour internationale de Justice a ordonné à l’entité sioniste d’arrêter immédiatement son offensive militaire et toute autre action menée dans la ville de Rafah. Cette décision intervenant à quelques jours de la demande historique du procureur de la Cour pénale internationale Karim Khan de mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et son ministre de la Défense pour crimes de guerre commis dans la bande de Ghaza, est un véritable séisme pour l’entité sioniste habituée à jouer le rôle de victime.

Même si l’entité sioniste continue actuellement à ignorer les décisions de la CPI et à se prévaloir du soutien des Etats‐Unis qui manœuvrent ces jours‐ci pour déployer une pseudo‐force de paix à Ghaza dans l’intention de se débarrasser de la résistance, l’étau se resserre autour des sionistes et de leurs alliés.

«Jamais auparavant l’État hébreu n’avait fait l’objet d’une pression internationale aussi intense et soutenue sur plusieurs fronts en raison de sa politique à l’égard des Palestiniens… et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a rejoint les rangs des dirigeants mondiaux considérés comme des parias internationaux en devenant la cible de la Cour pénale internationale», a estimé la chaîne CNN.

Les soutiens et les lobbyistes pro‐israéliens, à l’exemple de Joe Biden qui s’est même permis de jouer au juge en déclarant, toute honte bue, que ce qui se passe à Ghaza n’est pas un génocide, vont évidemment se prêter à un jeu de manipulations et de conspirations pour ébranler la CPI et permettre à l’entité sioniste de continuer son œuvre génocidaire. Mais «Alea jacta est» ( le sort en est jeté), l’isolement de l’entité sioniste prend de jour en jour de l’ampleur.

Quitter la version mobile