Site icon L'Express Algérie

Le FFS en conclave ce vendredi à Zeralda

Général Emballage va construire une usine à Naâma

Le congrès extraordinaire du Front des Forces Socialistes (FFS) se tiendra demain en vue de désigner son candidat à la présidentielle anticipée du mois de septembre prochain.

«Il a été officiellement décidé de convoquer le congrès national extraordinaire pour l’élection du candidat du parti à l’élection présidentielle le 7 septembre à la Mutuelle des travailleurs des matériaux de construction à Zeralda avec l’orientation de tenir une réunion urgente de la commission de préparation du congrès national afin de permettre la bonne préparation de ce rendez rendez‐vous et l’envoi des invitations à tous les congressistes pour une participation active à cet événement important», est‐il indiqué dans un communiqué du parti, rendu public.

Il est utile de rappeler que le conseil national du parti a décidé, il y a quelques jours, sans surprise, de prendre part à la prochaine présidentielle anticipée.

Le FFS n’a participé à la présidentielle qu’une seule fois, en 1999, avec son président et un de ses fondateurs, en l’occurrence feu Hocine Aït Ahmed. Le FFS a pris la décision de participer à l’élection présidentielle prévue le 7 septembre prochain, en présentant un candidat si «les conditions sont réunies». Le FFS a motivé sa décision stratégique pour trois raisons essentielles :

Premièrement, pour «préserver l’État national, renforcer les institutions de la République et faire barrage à ceux qui veulent porter atteinte au pays, à son unité, sa souveraineté et sa stabilité, dans un contexte mondial et régional imprévisible et menaçant».

Deuxièmement, pour «réhabiliter le politique et la politique par le débat public, la confrontation saine des idées et des projets et susciter l’implication effective de nos concitoyens».

Et en troisième lieu, c’est pour «offrir aux Algériennes et aux Algériens une alternative politique qui fera émerger un puissant pôle politique patriotique, progressiste, démocratique autour d’un projet de refondation des bases institutionnelles, politiques, économiques, sociales et culturelles du pays».

Quitter la version mobile