Site icon L'Express Algérie

Le PT qualifie la LF 2022 d’asociale et périlleuse pour la paix sociale

Liquidation du quotidien « Liberté »: Lettre ouverte de Louisa Hanoune à Rebrab

A peine entrée en vigueur depuis le 1er janvier, la Loi de finance 2022 commence à drainer les premiers effets pernicieux qui poussent d’ores et déjà certaines formations politiques à sortir du mutisme pour tirer la sonnette d’alarme. Le Parti de Louiza Hanoune n’a pas tardé pour occuper le devant de la scène de dénonciation qualifiant cette loi de finance d’asociale et périlleuse pour la stabilité sociale du pays

En effet, jugeant l’allègement de l’IRG annoncé pat le gouvernement au bénéfice des salariés, d’inefficace, Louiza Hanoune a affirmé que cette entreprise n’aura aucune incidence sur les bas salaires estimant que seule l’échelle mobile les salaires et pension serait à même de préserver le pouvoir d’achat.

Traitant de la loi de finance 2022 entrée en vigueur au premier jour de l’année 2022 après sa publication sur le journal officiel, le parti des travailleurs, PT, et à l’issue de sa première réunion en 2022, le secrétariat de bureau politique a fait le tour, des conséquences mortelles sur le pouvoir d’achat les citoyens déjà réduit à une peau de chagrin des suites de l’entrée en vigueur et l’application les augmentations de diverses taxes comprises dans les différentes dispositions de le loi de finances 2022.

Selon le parti des travailleurs, les augmentations que connaissent plusieurs produits depuis le début de cette année reviennent aux annonces faites durant l’été 2021 faite sur la décision de supprimer les subventions sur 14 produits de première nécessité prise par les pouvoirs publics et plus généralement de la décision prise de supprimer les transferts sociaux. 

Décortiquant ainsi, les causes de la flambée meurtrière des prix constatée depuis le premier jour de cette année, le parti de Louiza Hanoune dit craindre une montée en cascade et effrayante de divers produits de consommation courante citant le cas les boulangers qui ont procédé à l’augmentation de 50% de prix de le baguette de pain ordinaire et qui en plus devient rare.

Quitter la version mobile